www.countrydansemag.com

DANSE Country M&M

Micheline Tremblay et Martial Paquet

Biographie autorisée

Texte de Bernard Pednault

 

Depuis sa tendre enfance Martial s’intéresse à la musique country. Dès 1980, il s’implique dans l’organisation du Festival Country et Western de St-Georges de Beauce. Ouvrier de la construction, c’est en 1995 que son intérêt pour la danse country commence à prendre forme, assez pour qu’il se décide à suivre des cours.  C’est à ce moment là qu’il fait la rencontre de Micheline qui occupe un poste de responsable au département de charcuterie dans un super marché. Tous deux suivront des cours de danse durant quelques années avec différents professeurs de la région de Québec (Martine Auger, Francis Kadasi, Michel Turcotte,  Lynn Bélanger ainsi que Lisa St-Onge). Ils sont d’ailleurs les seuls membres de leurs familles à s’intéresser à la danse country.

En 1998, ils font le grand saut. Eh oui ! Ils démarrent leur propre école de danse country. Leur enseignement débutera à Ste-Claire de Bellechasse et à Beauport. Si vous leur demandez ce qui les a motivés à devenir professeurs de danse country, ils vous répondront que c’est l’amour qu’ils ont pour la musique country. Aujourd’hui Martial occupe un poste comme ouvrier d’entretien certifié pour une commission scolaire. Depuis juillet 2001, Micheline a pris sa retraite du poste qu’elle occupait dans un super marché. Son travail maintenant consiste à s’occuper à temps plein de son école de danse, qui compte aujourd’hui plus de 325 élèves.  Certes, ils ne s’attendent pas à en vivre un jour, mais ils veulent continuer à évoluer.

Depuis 1995 l’évolution de la danse country dans la région de Québec a pris forme. Il n’était pas rare à leur début de faire plus de 100km. pour trouver un endroit où il y avait de la danse country.

Pour ce qui est de l’envergure qu’a prise la danse country aujourd’hui, ils ont toujours cru qu’il y avait d’immenses possibilités. Le fait d’enseigner dans un centre de danse, en l’occurrence ‘Le Centre de Danse Jacques Duval’ de Québec, où plus de 2500 personnes passent chaque semaine leur  donne certainement un avantage. Comme ils vous diront, ‘le monde attire le monde’, et ils ont tout à fait raison. La preuve est là, leur clientèle au Manoir St-Castin du Lac Beauport a triplé depuis trois ans. Selon eux, la danse country se porte bien, il faut en prendre soin et ne pas se diriger vers les différentes tendances qui s’offrent à nous. Il est très  facile de perdre les acquis des dernières années ; leur nom le dit :  ‘Danse Country M&M’ . Le désir qu’ils ont tous les deux de faire avancer la danse country dans leur région est bien présent.

Leur expérience en tant que professeurs de danse leur a permis au cours des dernières années de créer de nombreuses chorégraphies, dont ‘Texas Queen mars 2001, Telling Me mars 2001, Six-5000 juin 2001, Alright Already juillet 2001, Control juin 2002, Thank You Baby mars 2003, No Shoes No Shirt No Problem juillet 2003, Honky Tonky novembre 2003’.  En 2003, Expo Québec leur confie un mandat de divertissement au bar terrasse ‘La Fin du Monde’. Un 12 jours de danse country où amateurs et le public en général se sont donnés rendez-vous. Pour eux, l’avenir s’annonce des plus prometteurs. Leur évolution au cours des dernières années permettra sans doute à des collaborateurs de se joindre à eux bientôt, si ce n’est déjà fait ! 

En 2001, un regroupement de cinq écoles de danse est formé sous le nom de PROFusion. Ils s’associent dès lors à cette organisation et deviennent membres fondateurs. Le regroupement épouse très bien la  réalité que devrait être la danse country .  Celui-ci  prône en premier lieu l’uniformisation des danses dans chacune des écoles. Aujourd’hui ce regroupement compte une douzaine d’écoles membres réparties un peu partout en province.

Leur souhait à tous deux : pouvoir danser partout en province et retrouver les mêmes danses. Un jour peut-être…

2005-07-18

Copyright © 2006. Tous droits réservés. Le contenu de ce site appartient à countrydansemag.com  et nul n'est autorisé à en faire usage sans la permission de ses gestionnaires