www.countrydansemag.com

Country Lovers

 Lise Rivard & Denis Doyon

Biographie autorisée

Texte de Bernard Pednault

 

Leur début comme danseurs remonte à 1978. Ce début ils le feront, non pas en danse country, mais bien en danse sociale. Ils deviendront d’ailleurs en 1982, professeurs de danse sociale. L’intérêt qu’ils portent à la musique et la danse country ne se fera sentir qu’en 1993, alors qu’à l’occasion, au cours de soirées, un professeur de danse country venait  y enseigner une danse.

 

Natifs de la région de Drummondville, Lise  nous vient de St-Edmond et Denis de St-Germain. Ce sera en1966 que Lise, alors secrétaire dans une librairie fera la rencontre de Denis qui était à ce moment-là aviculteur.

 

En 1996, ils débuteront leur apprentissage en suivant des cours de danse country dans leur localité. Leur grande facilité d’assimilation, ils la doivent principalement à leur expérience comme professeurs en danse sociale. Pendant près de trois ans, ils suivront des cours intensifs avec «Huguette et Jean Duguay des Country Hot Dancers ». Ils complèteront le tout comme il se doit, en participant aux différents ateliers qui leur sont offerts.

 

L’année 1996 marque aussi le lancement de leur propre école de danse country «Les Country Lovers ». Ce début dans l’enseignement de la danse country se fera dans le sous-sol de leur résidence de St-Germain. Peu de temps après, ils déménageront leurs pénates à la salle de St-Edmond. Aujourd’hui, ils enseignent à trois endroits différents soient à Ste-Hélène, Drummondville et Wickham.

 

Quant à leur motivation à devenir professeurs de danse country, ils la doivent à de nombreuses personnes mais aussi au fait que l’ennui commençait à les gagner en danse sociale, ce qui est nullement le cas pour la danse country. Depuis maintenant plus de cinq ans, ils ont un appui de taille. Leur fille Chantal, son époux Clément ainsi que leurs deux petites-filles, Marie-France 10 ans et Mélodie 8 ans, participent activement aux différentes activités de l’école. Un soutien et une source de motivation fort appréciés de Lise et Denis puisqu’ils sont les seuls membres de la famille à s’intéresser à la danse country.

 

Après avoir été conjointement producteurs de porcs, Denis est maintenant producteur de bois alors que Lise s’occupe à plein temps de l’école de danse. Vivre de leur école, ils n’y pensent pas. Par contre, l’évolution de leurs élèves leur procure une très grande satisfaction. ‘Nous nous amusons beaucoup avec nos élèves lors de nos soirées et nous sommes toujours heureux de recevoir des visiteurs’. Leur école de danse compte aujourd’hui plus d’une centaine d’élèves.

 

Ils ont eu le plaisir au cours des deux dernières années d’être l’école de danse country attitrée au «Festival Au Royaume du Country de Drummondville ». Elle le sera d’ailleurs encore en 2004. En mai 2004, ils étaient au «Ste-Hélène en fête » ainsi qu’aux festivités entourant le 150e anniversaire de cette municipalité en juin. Sans aucun doute une année de rêve pour eux, puisqu’ils sont sollicités de toutes parts.

 

Ce qu’ils recherchent comme professeurs aujourd’hui ! Amuser les gens. Pour ce qui est de l’évolution de la danse country dans leur région, ils la doivent surtout à l’uniformisation des danses. ‘Nous désirons que tous nos élèves puissent aller danser dans d’autres salles et aussi participer à des festivals’.

 

L’envergure qu’a prise la danse country aujourd’hui ne les surprend pas puisque ‘c’est un moyen fort économique de se divertir entre ami(e)s’. Pour eux la danse se porte de mieux en mieux, et ce, grâce à l’uniformisation.

 

La venue des danses dites latino et dance ne les effraient pas. De leur dire, ces danses attirent surtout les jeunes. ‘Il faut tout simplement savoir les doser lors de nos soirées. La priorité demeure toujours la danse country’. Pour eux, le country est là pour rester et ‘nous espérons pouvoir l’enseigner tant et aussi longtemps que notre santé nous le permettra’.

 

Un souhait important à leur yeux mais qu’ils aimeraient bien voir se réaliser, c’est que tous les professeurs se donnent le mot pour ralentir la cadence dans l’enseignement de nouvelles danses ! Selon eux, le trop grand nombre de danses enseignées décourage de plus en plus de danseurs. ‘Ils nous faut écouter nos élèves…’  

2005-07-18

Copyright © 2006. Tous droits réservés. Le contenu de ce site appartient à countrydansemag.com  et nul n'est autorisé à en faire usage sans la permission de ses gestionnaires