www.countrydansemag.com

Country Linda Lou

 Linda Blanchard et Adrien Plourde

Biographie autorisée

Texte de Bernard Pednault

Née à Montréal, Linda se souvient d’avoir grandi avec la musique country, ses parents n’écoutant que cela à la maison. Adrien qui est natif de Notre-Dame des Érables, près de Caraquet au Nouveau Brunswick avoue avoir toujours aimé, d’autant qu’il se souvient, ce genre de musique.  

À l’emploi du CLSC Des Faubourgs depuis 1982, c’est en 1993 qu’elle fait la rencontre  d’Adrien, alors qu’il est accidenté de la construction. Après avoir suivi des cours de danse en ligne en 1995, Linda sait très bien qu’Adrien adore la musique country et que si elle réussit à lui trouver une école de danse country, il sera encore plus encouragé à poursuivre. Pour elle, c’est primordial, elle aime danser et a toujours pratiqué le Rock N’ Roll acrobatique et la danse sociale. Ils ont par ailleurs le plaisir d’avoir chacun une sœur qui danse le country dont une d’entre elles est avec eux. Pour les autres membres de leurs familles, l’écoute de la musique country leur rappelle de très beaux souvenirs. 

Un choix qui pour eux n’est pas facile à faire, mais en 1997, ils optent pour Forever Country où ils ont le plaisir de suivre leurs cours en compagnie de Maureen et Gilles. Leur choix se dirige également vers Country Beat avec Lucie et Raynald. La danse country à ce moment-là fait partie de leur vie ; ils dansent un peu partout et ce, jusqu’à quatre soirs par semaine. On peut dire qu’ils en mangent.   

Oui, ils en mangent, enfin assez pour qu’en l’an 2000, ils aient le goût d’avoir leur propre école. « Country Linda Lou » prend donc son envol à St-Constant où elle enseigne encore aujourd’hui. Comme elle le dit si bien : ‘Au début, je l’ai fait pour ma famille et pour mes amis(e) ;  je voulais leur transmettre ma passion, au fil du temps, d’autres gens ont rejoint notre grande famille’. À St-Constant, il faut maintenant ajouter, depuis 2005, la municipalité de Valleyfield.

Aujourd’hui, Linda est toujours à l’emploi du CLSC Des Faubourgs, alors qu’Adrien a pris sa retraite de la construction, suite à un accident de travail. Ils ne pensent pas vivre de leur école un jour mais plutôt en retirer un immense plaisir.

Au cours de leur jeune carrière comme professeurs, ils ont eu le plaisir d’être demandés par plusieurs organisations dont de nombreux douze heures et entre autres, une soirée bénéfique pour la fondation Mira. Cette dernière retient particulièrement leur attention puisqu’ils y ont eu un plaisir fou ;  imaginez souper avec un bandeau sur les yeux.

En plus d’être d’excellents professeurs, ils nous ont offert au cours des dernières années de très belles chorégraphies. Qui ne danse pas sur ‘Shut Up And Drive (partenaires), Save The Last Dance For Me (partenaires), The First Swing (ligne), I Can’t Be Bothered (partenaires), Lean On Me (partenaires).  À savoir quelle est la danse qui les a le plus fait connaître, ils répondent à cela : ‘Nous hésitons mais ‘Shut Up And Drive et Save The Last Dance For Me’ sont sans doute deux danses qui sont très populaires auprès des amateurs’.

Avec quelques 70 élèves, ils recherchent avant tout à rendre les gens heureux autour d’eux et spécialement avoir le plus de plaisir possible : ‘Notre groupe aime s’amuser et avoir du plaisir ;  le seul inconvénient, c’est qu’il y a trop de danses, on aimerait , bien sûr, toutes les savoir mais cela est impossible’. 

Ils ne sont pas surpris du tout de l’envergure qu’a pris la danse country aujourd’hui. Selon eux : ‘De plus en plus de gens s’intéressent au country, le jour n’est pas si loin où je l’espère, nous pourrons faire tomber les préjugés que les gens ont envers le country. Pour plusieurs, cela se traduit plus souvent qu’autrement par des musiques de style western « Willie Lamothe, Marcel Martel et j’en passe… ». Si tous ces gens pouvaient entendre les belles musiques et voir les danses que nous apprenons, je crois que nous aurions encore plus d’adeptes’.  Pour eux, les festivals ont grandement aidé à faire connaître ce qu’est notre musique et danse country. 

Linda adore la  musique country mais comme elle le dit si bien : ‘À l’occasion, je ne suis pas contre de belles chorégraphies non country qui se retrouvent bien sûr dans les compétitions de danse country de niveau national et international’. À savoir, comment ils voient l’avenir ou si vous préférez, l’évolution de la danse country dans les prochaines années, ils répondent à cela : ‘Nous verrons avec le temps et les tendances,  nous ne pouvons rien anticiper’.

Ils ne croient surtout pas que la venue d’une association d’écoles pour contrôler la qualité de l’enseignement soit nécessaire : ‘Nous croyons que la diversité est bien ainsi ; il y en a pour tous les goûts, alors chacun peut ainsi faire son choix ; mais nous aimons tout de même enseigner des danses dont nous sommes certains qu’elles seront enseignées par d’autres écoles. Nous sommes assurés à ce moment-là que nos élèves pourront danser un peu partout’.  

Quant à savoir où ils seront dans quelques années, ils répondent à cela : ‘Sans aucun doute dans un foyer pour personnes âgées entrain de leur montrer ce qu’est une vigne, un rock step et un triple step’.  Mais par-dessus tout, ils souhaitent : ‘Que les gens restent comme ils sont présentement, chaleureux, bons et qu’ils demeurent de fidèles danseurs country…’  

2006-02-01

Copyright © 2006. Tous droits réservés. Le contenu de ce site appartient à countrydansemag.com  et nul n'est autorisé à en faire usage sans la permission de ses gestionnaires