www.countrydansemag.com

Les Countryfever

 Sylvie et Mario Champagne

Biographie autorisée

Texte de Bernard Pednault

 

Natifs tous les deux de Victoriaville, c’est en 1978 qu’ils se rencontrent pour la première fois.  À cette époque, Mario finissait ses études alors que Sylvie travaillait comme presseuse dans une usine de textile. 

 

Ce sera en septembre 2000, lors d’un quarantième anniversaire de mariage qu’ils attraperont, comme ils le disent si bien, la piqûre de la musique et aussi de la danse country. En effet, lors de cette soirée le D.J.  enseigna trois petites danses où les musiques et par surcroît les danses tombèrent en plein dans leurs goûts. Il n’en fallut pas plus pour qu’ils se décident à suivre des cours. Parmi leur famille, seulement leur fille Kim qui les suit partout s’intéresse à la danse.  

Leur apprentissage, ils le feront sur le ‘plancher’, principalement du bar le Grand Union de Victoriaville. Par la suite, soit en septembre 2001, ils s’inscrivent à leurs premiers cours qu’ils suivront avec Johane Beaudet et Pierre Légaré, des Fans du Country. En septembre 2002, Sylvie doit délaisser les cours, étant donné qu’elle travaille maintenant de nuit. Mario pour sa part complétera la session jusqu’en décembre 2002.

Dès l’été 2001, ils sont sollicités pour enseigner au bar le Grand Union, et cela même avant qu’ils ne commencent à suivre leurs premiers cours de danse. Ce ne sera qu’en octobre 2003, voyant l’ampleur de la situation et bien sûr à la demande des danseurs du bar, qu’ils débuteront avec leur école de danse « Les CountryFever ». Au début, c’était pour le simple plaisir ; ils y enseignaient de petites danses simples car ils devaient travailler avec les musiciens.  Avec le temps, Sylvie et Mario ainsi que les danseurs en désiraient toujours plus, mais à cet endroit, le plancher y était plutôt petit et le choix de musique assez restreint. C’est grâce à l’encouragement de nombreux danseurs, avec eux depuis le tout début, qu’ils ont foncé dans cette grande aventure qui est devenue pour eux au fil du temps une passion.

Aujourd’hui, ils enseignent la danse country à la salle des Chevaliers de Colomb d’Arthabaska, située sur la rue Belmont à Victoriaville.

Présentement Mario exerce un emploi comme gérant de fruits et légumes alors que Sylvie est présentement à la recherche d’un emploi. Vivre de leur école de danse, ils aimeraient bien, mais ils n’y croient pas.

Même si leur école est encore très jeune, c’est surtout en tant que chorégraphes qu’ils se font connaître. Ils sont demandés par de nombreuses écoles. Les Raymond Lamarche « Country # 1 », Lyse Bolduc « Les Chevaliers du Country », Lise et Denis Doyon « Country Lovers », Lise et Claude Leblanc « Country Steppers » ont recours à leurs services pour qu’ils y présentent leurs dernières chorégraphies. Cependant ils retiennent, en premier lieu, leur expérience en tant qu’animateur et D.J. lors du Festival Western de St-Louis de Blandford. Une expérience très positive pour eux qui devrait être reprise dès l’an prochain.

C’est en 2003 qu’ils nous présentent leur première chorégraphie « Diddley Dee (2003) ». Par la suite, elles se succéderont à un rythme effarant ; « Chicks Dig It (2003), Hippee From Mississipi (2003), Rodeo Rock (2003), Rockin’This Country (2003), Lovin all’night (2003), Alehla (2004), I Leave This House (2004), Mimi Rock (2004), No Way (2004), Rock The Boat (2004), Time After Time (2004), Donkey Donk (2005), Fireworks (2005), Hot Apple Billies (2005), Redneck Men (2005), She’s Not Yours (2005) ainsi que Like A Fiddle (2005) ».  Mais pour eux, « Diddley Dee » et maintenant « She’s Not Yours » sont les chorégraphies qui leur ont permis de se faire connaître des amateurs de danse. Ils tiennent d’ailleurs à remercier leur grand ami Raymond Lamarche qui les a aidés dans la diffusion de ses chorégraphies.

Ce qu’ils recherchent comme professeurs de danse aujourd’hui : ‘Nous voulons que les gens s’amusent et qu’ils aient du plaisir à danserLes amateurs de danse ont aujourd’hui la possibilité de changer d’école et par le fait même de professeur, s’ils ne s’y plaisent pas.  Nous nous devons d’être à l’écoute de nos élèves et de leur donner le meilleur de nous-mêmes. Il est vrai qu’aujourd’hui, à peu près n’importe qui peut devenir professeur ou chorégraphe. Pour nous, l’intérêt et la confiance que les gens nous ont portés furent suffisants pour démarrer. Si nous n’aurions pas été à notre place, probablement que nous ne serions plus là’. 

Surpris de l’envergure qu’a prise la danse country, ils vous diront que non  ‘Il y a tellement de belles danses, les musiques sont merveilleuses, de plus les soirées et les festivals attirent de plus en plus de gens, enfin tous y trouvent leur compte’. 

Pour eux, les nombreux festivals, le méga-partage et Internet, sans oublier la possibilité qu’ont les gens de choisir leur école de danse sont tous des éléments qui ont permis cette progression de la danse country. Toujours selon eux, la musique country se porte bien mais comme ils le disent si bien :  ‘Il faut faire attention aux choix de musique, le hors country gagne de plus en plus de terrain’. 

Que faire avec les danses dites « latino ou dance ».  ‘Il y a de belles danses hors-country, mais un professeur qui se respecte a le choix de les enseigner ou pas, tout comme les élèves ont le choix de les apprendre ou non. Nous nous affichons danseurs country, il ne faut surtout pas l’oublier, nous nous devons d’avoir une certaine limite, sans pour cela tomber dans l’exagération’.

L’avenir de la danse country selon eux est très prometteur ‘De belles années sont à venir et de plus, il y une belle relève. Pour eux, la venue d’une association ne réglera rien, qui contrôlera qui, quoi?  Jusqu’à quel point serons-nous libres de choisir ou de refuser telles ou telles danses?  Ce sont toutes des questions qui demeurent sans réponse’.

Pour nous, tant que nous nous amuserons, nous serons là.  Que souhaiter de mieux qu’une bonne harmonie ainsi que de belles rencontres entre danseurs et professeurs.

2006-02-01

Copyright © 2006. Tous droits réservés. Le contenu de ce site appartient à countrydansemag.com  et nul n'est autorisé à en faire usage sans la permission de ses gestionnaires