www.countrydansemag.com

Danse Country GG

 Gisèle et Guy Rochette

Biographie autorisée

Texte de Bernard Pednault

 

Native de St-Eugène de L’Islet pour Gisèle et de Montréal en ce qui concerne Guy, ce ne sera qu’en 1997, lors d’une visite à des membres de leur famille, un certain samedi soir au Camping Lac du Repos de St-Jean-Baptiste de Rouville, qu’ils découvriront la musique et la danse country. D’ailleurs la majorité des membres de leurs familles aiment bien ce genre de musique. Seule la mère de Gisèle par contre s’intéresse à la danse country.

 

Leur rencontre remonte toutefois à 1974, mais ce ne sera qu’en décembre 1982 qu’ils uniront leur destinée pour de bon. À cette époque, Guy occupe un emploi au Canadien National alors que Gisèle travaille à la Banque Nationale du Canada. Aujourd’hui, ils sont fiers de leurs deux garçons, Robert 19 ans et Simon 18 ans.  

 

C’est à l’automne de 1997 qu’ils débutent leur premier cours de danse country avec Urban Cowboy. Quelques années plus tard, ils enseignent pour la même école. Après deux ans d’enseignement, l’école est vendue et c’est à l’automne 2001 qu’ils fondent leur propre école de danse qui portera le nom de « Danse Country GG ». Leurs motivations à devenir professeurs, ils la doivent principalement à leur amour pour la danse, à leur grande facilité d’apprentissage mais aussi au plaisir qu’ils en retirent en aidant les autres.

 

Présentement, leur enseignement est dispensé à St-Bruno de Montarville. Au fil des ans, ils se sont adjoints quelques professeurs dont Danielle et Normand qui enseignent à St-Basile le Grand et à Beloeil, ainsi que Manon et Réjean qui enseignent à Carignan.

 

Aujourd’hui Guy occupe toujours son emploi au Canadien National alors que Gisèle travaille pour Hydro Québec. Ils sont également propriétaires du nettoyeur Chatel de St-Bruno de Montarville. À cela, il faut ajouter leur école de danse. On peut donc dire que ce sont des gens fort occupés qui ne comptent pas leurs heures.

Très en demande, ils ne négligent pas les démonstrations dans les foyers pour personnes retraitées. C’est une musique qu’ils apprécient énormément. La soirée pour le 85ième anniversaire de naissance de Madeleine Plante fut sans aucun doute pour eux un autre bel exemple de réussite et de collaboration entre deux écoles. En effet, lors de cette soirée, ils y faisaient la musique en compagnie des Chuck Wagon Country Dancers.

Impossible de savoir combien d’élèves comptent leur école aujourd’hui. Chose certaine, pour eux le nombre importe peu et comme ils le disent si bien, ‘nous sommes assez pour nous amuser’. Une chose est certaine, ils ne pensent pas vivre de leur école, un jour.  

 

Ce qu’ils recherchent aujourd’hui comme professeurs : ‘Nous constatons d’année en année que les gens ont autant de plaisir à apprendre les danses tout au long de la saison. Pour eux, c’est une occasion de faire de l’exercice, de se changer les idées et de se rencontrer dans une ambiance décontractée. Il n’y a rien de plus satisfaisant pour nous que de voir nos danseurs s’amuser lors de nos cours et soirées’.

Quant à l’évolution qu’a prise la danse country, ils sont conscients que le nombre de danses augmente à un rythme effarant ‘Il y a un très beau choix de danses et de musiques qui, plus est, il y a encore beaucoup de danses dites « rétro » qui sont encore dansées. Par surcroît, le danseur country évolue et il est beaucoup plus renseigné qu’autrefois’.

L’envergure qu’a prise la danse country ne les surprend aucunement ‘Avec l’arrivée d’Internet, l’information sur la danse country est maintenant accessible à tous. Il y en a pour tous les goûts, même pour les amateurs de 100% country. Cette progression est aussi due à tous les ateliers, workshops, méga qui ont permis d’uniformiser la danse country. Il reste néanmoins qu’il y aura toujours une différence selon les écoles et les régions visitées, les besoins et les exigences n’étant pas les mêmes pour tous’.  Selon eux toujours, la danse country se porte tout de même assez bien.   

Quant à savoir ce qu’ils pensent des danses dites « latino et dance’, ils vous diront que leur enseignement ne se limite qu’à la danse country, à quelques exception près. Selon eux, ‘L’avenir de la danse country passe par les amateurs de danse, tant qu’ils seront présents, la danse country est vouée à un avenir des plus prometteur’.

Pour ce qui est de savoir s’ils sont d’accord à la venue d’une association regroupant les écoles de danse, ils vous diront ‘Nous ne croyons pas cela nécessaire ; les gens font le choix d’une école en fonction de leur personnalité, de leurs goûts mais aussi en fonction des professeurs et des danseurs. Pour nous, une bonne école est celle qui se tient au courant de ce qui se passe dans sa région et dont les professeurs ont la patience d’enseigner à des gens de tous les niveaux’. 

Nous nous voyons d’ailleurs dans quelques années avec des gens qui comme nous serons là pour l’amour de la musique country’. Nous souhaitons également que les gens dansent toujours pour le plaisir et nous espérons que cela restera accessible à tous…’

2006-02-01

Copyright © 2006. Tous droits réservés. Le contenu de ce site appartient à countrydansemag.com  et nul n'est autorisé à en faire usage sans la permission de ses gestionnaires