www.countrydansemag.com

Club Danse Country Estrie

 Linette et Gaston Lévesque

Manon Lévesque et Daniel Lepage

Biographie autorisée

Texte de Bernard Pednault

 

Leur intérêt pour la musique country remonte à 1992 – 1993 avec l’avènement de la musique « New Country ».  Des interprètes tels que Brooks & Dunn, Lorrie Morgan, Alan Jackson et Billy Ray Cyrus avec son fameux Achy Breaky Heart nous proposent alors un son nouveau qui se veut beaucoup plus rythmé. Vous avez deviné, je veux parler de Linette, Gaston et Manon puisque pour Daniel cet intérêt ne se fera sentir qu’à l’hiver de 1996.

 

La région du bas St-Laurent, plus précisément St-Honoré dans le Témiscouata aura vu naître Linette. Pour Gaston, ce sera à l’Île Verte, près de Rivière du Loup qu’il verra le jour. Daniel pour sa part est natif de St-Étienne de Lauzon, près de Québec. Quant à Manon, elle est native de Sherbrooke en Estrie. 

 

C’est en 1993 que Linette s’est rendue compte qu’il se faisait de la danse country à Nashville. Elle enregistrait des émissions telles que « Club Dance et Wildhorse Saloon » qui passaient à ce moment-là à la télé payante. Après avoir fait visionner ses cassettes à Gaston et Manon qui furent emballés immédiatement, elle leur dit que ce serait super de faire ce style de danse dans la région.  

 

Il nous faut maintenant remonter en 1971 pour en savoir un peu plus sur Linette et Gaston. Cette année là, ils commencent à suivre des cours de danse sociale avec Guy et Huguette Délisle de Sherbrooke. Ils en suivront pendant 11 ans. Durant ces années ils participeront à de nombreuses compétitions au niveau régional et provincial.  Ils remporteront d’ailleurs une première place au niveau régional dans la catégorie bronze amateur en 1973 – 1974 – 1975. Ils se classeront aussi en première position lors d’une compétition au niveau provincial à Montréal dans la catégorie argent en 1975. En 1982 et ce jusqu’en 1993, ils enseigneront la danse sociale. Dans leurs belles années, plus de 125 élèves prenaient leurs cours d’eux.

 

Comme emploi à ce moment-là Linette était professeur de danse sociale alors que Gaston était menuisier et aussi professeur de danse sociale. Manon était toujours étudiante au baccalauréat en ‘Enseignement Préscolaire et Primaire’ et travaillait comme serveuse dans des Auberges et Hôtels. Quant à Daniel, il était inspecteur en bâtiments agricoles pour une compagnie d’assurance.

 

Un début qui se veut difficile puisque dans leur région, il ne se fait rien du genre encore. Après maintes recherches, Linette met la main sur un professeur du nom de ‘Suzette’ qui enseigne la danse country dans un bar de ‘Derby Line’ au Vermont, du  nom de ‘Sarsaparilla Café’. Malheureusement Linette ne parle pas l’anglais. Elle devra donc avoir recours à  Manon et Gaston qui serviront d’interprètes durant deux sessions de cours, soient à l’été et à l’automne de 1993. Ce sera avec des danses comme « Blue Rose, Texas Waltz et Electric Slide » qu’ils débuteront leur première session de cours à l’automne de 1993. Suite au succès retentissant, ils n’hésiteront pas dès décembre de la même année à se rendre pour 14 jours à Nashville dans le but d’y suivre des cours intensifs. Par chance, ils y trouvent de très bons professeurs dont ‘Darleen’ qui leur enseignera entre autres le ‘Schotishes’, ‘Vicky Vance et Kevin Johnson’, alors très réputés à Nashville et maintenant de réputation internationale qui leur donneront entre autres une formation en ‘Two Step’. Par la suite, soit en juillet 1994, Linette et Gaston y retourneront. En décembre1996, un troisième voyage où cette fois-ci tout le groupe y participe, y compris Manon et Daniel. 

 

Fière d’une formation en danse sociale mais aussi en ballet-jazz et en aérobie qu’elle enseigna aux adultes et aux enfants, Manon s’implique dès la première année au niveau de l’aide comme monitrice et s’occupe également du secrétariat. 

 

C’est en septembre 1994 que Daniel prend ses premiers cours de danse sociale avec Mario et Johanne Dion de Sherbrooke. En janvier 1996, il s’inscrit à sa première session de cours en danse country qu’il suivra en compagnie de Linette et Manon.

 

L’enseignement de Linette et Gaston débute en septembre 1993 dans une salle de l’aréna du Mont Ste-Anne ainsi qu’à la salle des Chevaliers de Colombs de Rock-Forest. En ce qui concerne Manon, elle sera présente à l’aréna du Mont St-Anne seulement en septembre 1994. Pour Daniel, ce sera en septembre 1998, à la Salle Communautaire d’East Angus qu’il fera ses débuts.

 

Étant professeurs de danse sociale, Linette et Gaston ont tout de suite vu qu’il y avait un grand intérêt pour la danse country dans leur région mais comme il n’y avait pas de professeur qui l’enseignait, ils ont donc décidé de l’enseigner eux-mêmes. À l’automne 1994, Manon termine son bac et commence à faire de la suppléance dans différentes écoles primaires de la région. Mais comme elle ne travaille pas à temps plein, elle commence à enseigner la danse country.  Elle adore cela et comprend très vite qu’elle peut enseigner à temps plein, vu la grande demande pour ce loisir. Daniel fut moniteur avec Manon pendant 2 ans. Étant très bon danseur et ayant une grande facilité à compter la  musique et vu la demande grandissante de la part de différentes villes, il a donc répondu à cette demande en offrant des cours pour débutants.

 

Nous  voilà maintenant rendu à l’automne 1994, les élèves manifestent le désir de pouvoir pratiquer les danses qu’ils apprennent. Ce sera au ‘Bar Wildwood’ les dimanches après-midi qu’ils s’exécuteront.

 

Leur enseignement fera boule de neige puisqu’ils enseignent maintenant dans sept municipalités dont : Sherbrooke, Fleurimont, Rock Forest, Bromptonville, Magog, Cookshire et Weedon.

 

L’arrivée de Daniel parmi le groupe aura permis de connaître une grande expansion au niveau technique. Il a créé et gère depuis ce temps le site Internet. Il a doté l’école d’un système de son d’une très grande qualité. Il s’occupe également de la production et du montage des vidéos.

 

Depuis maintenant huit ans que le Centre Communautaire de Sherbrooke les accueille tous les vendredis et samedis en soirée. Ils  ont de quoi être fiers de leur salle avec plus de 5400 pieds carrés de plancher de bois franc, d’un système de climatisation, d’éclairage et d’une qualité sonore irréprochable. 

 

Aujourd’hui l’école de danse occupe une grande partie de leur temps à tous, à quelques exception près, puisque Gaston a pris sa retraite depuis maintenant un an et que Daniel travaille durant la période estivale à la pose de céramique. Toutefois ils résident tous dans la région, Linette et Gaston demeurant à Rock Forest alors que Manon et Daniel résident pour leur part à Fleurimont. Tous depuis plusieurs années ne vivent que de la danse.

 

La grande popularité qu’obtient la danse country fait qu’ils sont demandés par de nombreuses organisations pour des démonstrations. Le Carrefour de L’Estrie, la Fête de la St-Jean de Bromptonville et de Sherbrooke, la parade du Père Noël ne sont que quelques activités auxquelles ils ont participé. Il ne faut surtout pas oublier les nombreuses entrevues dans les journaux et à la radio. À cela il faut ajouter toutes les soirées de danse avec animations où ils furent demandés. On a qu’à penser aux différents festivals, tournois, carnavals, fêtes ainsi que partys privés dont un entre autres chez la réputée famille Desmarais père et fils (Power Corp.). 

 

Parmi tout cela ils retiennent deux événements qui les ont marqués dont : les trois premières démonstrations de danse au Carrefour de l’Estrie. ‘C’était au tout début de la danse country. Les gens étaient impressionnés de voir cela’. La seconde : ‘Nos deux soirées de danse country sous l’immense chapiteau de la Traversée du Lac Memphrémagog à l’été 2003 et 2004. Certains responsables estiment qu’il pouvait y avoir pour chaque événement près de deux milles personnes’.

 

Ne se limitant pas uniquement à l’enseignement de la danse country, c’est en 1995 qu’ils produisent leur première chorégraphie ayant pour titre « Karoom (automne 1995) ». Par la suite, de nombreuses autres viendront s’ajouter dont : « Pop A Top (hiver 1995), Cowgirl’s Do (automne 1996), Desert Moon (hiver 1996), Cozy Two Step (hiver 2002), Guitar Man (automne 2002), Bad Boy (hiver 2002), Lovin’ You (automne 2003), Bad Girl (hiver 2003), 9 To 5 (hiver 2004), The Shine (automne 2004), In The Country (automne 2004), Magic (hiver 2005)Mais pour eux « Guitar Man » est sans l’ombre d’un doute la chorégraphie qui les aura le plus fait connaître.

 

Ce qu’ils recherchent aujourd’hui comme professeurs de danse c’est avant tout ‘L’entregent’. Avec quelques 500 élèves qui gravitent aujourd’hui autour de leur école, ils ont de quoi être fiers de ce qu’ils ont accompli.

 

Avec une évolution constante jusqu’en 2003, ils connaissent depuis cette période une légère baisse qui les amène au questionnement suivant :  ‘Est-ce la venue des autres types de danse, tels que le ‘pop, le latino ou le dance’ ou le fait que les danses soient devenues de plus en plus élaborées qu’elles deviennent moins accessibles à tous.  Certainement que le trop grand nombre de danses y est pour quelque chose. Nous savons très  bien que tous les phénomènes qui se produisent au Québec se produisent aussi au niveau mondial. Il y a aussi la venue des compétitions en danse ou un très haut niveau de performance laisse paraître tous les autres danseurs bien ordinaires. Nous croyons par-dessus tout que le trop grand nombre de danses enseignées en est principalement la cause. Les élèves doivent en apprendre beaucoup pour être à la page et la session suivante, elles ne se dansent plus alors il faut en apprendre d’autres. C’est un éternel recommencement. Plusieurs quittent alors et ne reviennent plus. Mauvaise expérience pour eux et c’est dommage’. 

 

L’envergure qu’a prise la danse country ne les surprend pas du tout. ‘Il y avait un vide crée par la danse sociale et le gens étaient prêts pour ce genre de danse. Aujourd’hui, avec tout ce qui se passe dans la danse country, c’est un peu normal que les gens s’en désintéressent et passent à autre chose’.

 

À savoir si la danse country se porte bien aujourd’hui, ils vous répondront que non ! ‘Elle est en chute libre. Il faudrait que les professeurs se regroupent et analysent la situation et prennent une direction commune afin de ramener la danse country sur la bonne voie’.

 

Pour ce qui est de l’avenir de la danse country, de son évolution au cours des prochaines années, ils restent confiants et positifs car c’est primordial mais : ‘Ça presse !  Ils faut que les professeurs se consultent et se mettent d’accord sur un plan d’action. Que ce soit les mêmes danses qui s’enseignent partout, on sait  bien que ce n’est pas possible sur une grande échelle mais pourquoi pas au niveau du Québec. On sait aussi qu’il y aura toujours des professeurs pour faire le contraire. Ceci dit nous sommes en faveur d’une association prônant une même philosophie suivant laquelle : il ne faut pas trop montrer de danses,  la musique et les danses doivent être country et que les danses soient accessibles à tous les types d’âge’.

 

‘Nous désirons par-dessus tout continuer ardemment à enseigner la danse country et à faire danser tous les gens.  Notre souhait est que la danse country reste en vie encore longtemps. Les gens ont besoin de se défouler, de se faire des amis(e), de se changer les idées. S’exprimer sur cette belle musique, c’est ce que les gens désirent par-dessus tout…’.  

2006-02-01

Copyright © 2006. Tous droits réservés. Le contenu de ce site appartient à countrydansemag.com  et nul n'est autorisé à en faire usage sans la permission de ses gestionnaires